imagesÉcouter le reportage

1er mai 2009, les rues de nos villes, une fois encore se sont remplies, une fois encore, le silence assourdissant de notre gouvernement, de son omniprésident, résonne comme autant d'insultes. Les Molex étaient en tête de cortège à Toulouse, suivis par des nouveaux sur ce terrain-là : les Freescales, anciens Motorola, et déjà futurs chômeurs.

IMG_9186

Olivier Besancenot et Myriam Martin, au nom du NPA, quelques jours auparavant venait soutenir les salariés de Molex, à Villemur-sur-Tarn, juste après une autre insulte, celle de leur directeur, Marcus Kerriou, qui s'est fendu de la déclaration suivante : "tout est piloté de l’extérieur car il y a un décalage entre le professionnalisme avec lequel est géré la communication et le niveau intellectuel de certains salariés". Depuis que la droite s'est décomplexée, les patrons ne se gênent plus...

IMG_9144IMG_9190

Parfois, on se demande comment la non-violence fait pour tenir le coup, face à la violence d'un gouvernement qui brade les services publics et qui arrose ses clients du MEDEF. Comment les travailleurs qui se retrouvent au chômage, parce que l'entreprise dans laquelle ils travaillent rappatrie sa production ou "externalise" ses services, histoire de faire des bénéfices plus importants, retiennent que quelques heures leurs dirigeants, alors que c'est leur vie qui est brisée ?

IMG_9214IMG_9215

Comment face à la violence d'un système économique à l'agonie, les salariés et les citoyens conservent encore leur calme ?

La question est peut-être jusqu'à quand ?

IMG_9219IMG_9224

IMG_9233