Portrait croisé de deux femmes rwandaises

imagesÉcouter le reportage (partie 1)

Écouter le reportage (partie 2)

Balbine et Marie-Chantal sont rwandaises. L'une est Hutu, l'autre Tutsi. Toutes deux sont sur les routes de l'exil. Récit d'un génocide, espoir d'une nouvelle vie...

Il y a quelques années, j'avais réalisé ce petit reportage à Moissac, dans le Tarn-et-Garonne, dans un lieu qui accueille les demandeurs d'asile. Le hasard avait voulu que je rencontre ces deux femmes rwandaises, une Hutu, l'autre Tutsi, deux femmes, une seule souffrance. Chacune tenait l'enfant de l'autre sur ses genoux, naturellement. Pour ne pas parler de races, les européens ont trouvé plus propre d'inventer des ethnies qui se seraient fait la guerre depuis des millénaires. Il était ainsi plus aisé d'expliquer pourquoi les Hutus détestaient les Tutsis, à moins que ce ne soit l'inverse. Aussi, au temps "bêni des colonies", comme le chantait un pauvre type, la France a su utilement jouer un groupe contre un autre et inventer un racisme etnique bien pratique.

A leurs manières, Balbine et Marie-Chantal invalide la thèse ethnique pour ne retenir que le massacre, que l'injustice et que la manipulation. Chacune fuyant la mort, dans un instinct de survie qui les a amené jusqu'en France, terre d'accueil, terre d'asile. Jusqu'à quand...?